L’isolation thermique de la porte d’entrée se doit d’être bien pensée et bien réalisée afin de supprimer cette sensation de courant d’air dans l’habitation. Confort accru, des économies financières à réaliser sur le long terme, les bénéfices isolation thermique sont nombreux. Effectivement, une maison qui laisse passer le son a tout autant de chance de laisser y pénétrer l’air frais.

Sur quoi se baser pour connaitre l’efficacité de l’isolation thermique de la porte d’entrée ?

La porte d’entrée sert de protection, non seulement contre la chaleur et le froid, mais également contre les bruits et les intempéries. Les performances thermiques de cette ouverture se reconnaissent à son coefficient UD. Il doit être le plus bas possible pour avoir une isolation thermique de la porte performante. Pour cette raison, cet indice constitue un facteur de prix pour les modèles de portes disponibles sur le marché.

Si l’on se réfère aux critères d’éligibilité du CITE, la performance idéale d’une porte d’entrée implique un coefficient de transmission thermique ne dépassant pas le 1,8W/m².K. Concrètement, remplacer une ancienne porte de 1,6 de UD par une autre à 1,1 permet déjà de réduire de 30% ces déperditions énergétiques. Pour que la porte d’entrée remplisse pleinement ses fonctions, il est aussi essentiel de tenir compte de son indice AEV, indiquant sa résistance à l’air, au vent et à l’eau. Plus il sera important, mieux c’est. Et pour parfaire l’isolation thermique de la porte d’entrée, veillez à ce qu’un joint d’étanchéité soit présent entre le dormant et l’ouvrant.

L’isolation thermique de la porte d’entrée avec le calfeutrage au moyen de joints

Visant à rendre hermétique le « jour » entre l’ouvrant et l’encadrement de la porte, le calfeutrage peut se faire à l’aide des joints. Une fois cet espace comblé, le froid ne dispose plus d’aucun passage pour s’infiltrer. Pour une bonne adhérence des joints, il est primordial d’enlever les anciens à l’aide d’un cutter et de bien nettoyer leurs traces. Les joints à utiliser varient suivant la taille du vide à remplir.

  • Jusqu’à 2 mm : le bourrelet en mousse PVC à clouer sur le côté de la porte et sur toute sa hauteur.
  • Entre 1 et 5 mm : le joint adhésif en mousse de polyuréthane, moins cher et le moins durable toutefois. Sa pose s’effectue sur l’encadrement ou le dormant. Le film protecteur de sa face adhésive est à enlever au fur et à mesure.
  • Un espace à combler entre 1 à 6 mm : un joint adhésif en V ou un joint métallique

A 2 faces en forme de V, le joint en V est fait en mousse de polyuréthane et se pose sur le dormant. Il doit bien s’emboiter dans l’angle. Si vous voulez un joint plus durable, le modèle métallique est une bonne option, mais coûte plus cher. Il est constitué d’une section prépercée que l’on fixe avec des clous. L’autre partie soulevable comble l’espace ouvert entre la porte et le dormant.

  • Au-delà de 5 mm : le joint silicone
  • La pâte de silicone conditionnée dans un pistolet se fixe dans la feuillure du dormant. Une fois posé, le joint en silicone est à recouvrir d’une bande de démoulage avant de fermer la porte. Cette bande ne s’enlève qu’au moins après un jour après l’opération.

L’isolation thermique de la porte d’entrée par le bas de porte

Une façon de laisser l’air frais à la porte, c’est aussi d’isoler le bas de porte.

Le bourrelet de porte

Constitué de 2 boudins liés, il comble l’espace situé entre la porte et le sol, d’où pénètre généralement l’air froid.

Le bas de porte brosse

Adhésif ou à visser, le bas de porte brosse comporte une sorte de brosse sur tout son long. Son rôle est d’éviter à la chaleur de s’enfuir et au froid, de s’introduire.

Le boudin de porte

Il s’agit d’un tissu en forme de tube dans lequel on viendra insérer de la mousse et que l’on place contre la porte. Il s’avère efficace pour contrer le froid, mais est à repositionner à chaque fermeture de la porte.

Parfaire l’isolation thermique de sa porte

Malgré vos efforts, le froid persiste ? Dans ce cas, revoyez la finesse du bois central de votre porte. Y apposer un isolant comme une dalle de liège, directement sur la partie centrale, peut- être une solution. Il est aussi essentiel de penser à l’isolation de la serrure et de la boite aux lettres, à l’aide d’un volet pivotant ou d’une brosse calfeutrante.

Si la porte est en aluminium, équipez-la d’une rupture de pont thermique. Et si elle est semi-vitrée, le double et triple vitrage vous seront doublement bénéfiques, en étant aussi de bons isolants acoustiques.

 

 

 

Aimer notre article et suivez-nous:
error