De manière simple, le surfaçage est une opération qui consiste à fraiser un angle d’attaque du bois avec des outils appropriés.

Les artisans utilisent principalement la fraise à surfacer et bien d’autres outils nécessaires pour réaliser cette tâche. Nous pouvons citer entre autres des fraises-disques, des fraises à surfacer-dresser ou encore des fraises à plaquettes rondes. Toutefois, il est impératif de choisir une fraise qui comble vos attentes en matière de surfaçage. Et parmi les opérations de surfaçage, il faut distinguer entre autres : le surfaçage général, le surfaçage ébauche, le fraisage grande avance et la finition avec plaquettes de planage.

Qu’est-ce qu’une opération de surfaçage :

Le surfaçage est une opération de fraisage courante qui peut être effectuée avec toute une variété d’outils. On utilise dans la plupart des cas des fraises avec un angle d’attaque de 45°, mais on peut utiliser aussi des fraises à plaquettes rondes (qui sont très polyvalentes et peuvent être utilisées aussi pour le fraisage de profils), des fraises à surfacer-dresser et des fraises-disques, selon les conditions.
Lors d’une opération de surfaçage, il se pose la question du choix de la méthode de travail. Allant dans ce sens, vous devez éviter le surfaçage avec interruptions, car ces dernières causent des coupes répétées et défavorables. Dans ce cas, vous pouvez réduire l’avance pour maintenir des copeaux fins en sortie de coupe.

Des conseils généraux à suivre avant de commencer l’opération de surfaçage sont les suivants :

Tenir compte de la stabilité de la machine, de la taille et du type de la broche (verticale, horizontale) et de la puissance disponible ;

Utiliser une fraise d’un diamètre de 20 à 50 % plus grand que la pièce ;

Programmer la fraise pour entrer en coupe en douceur.

Les différents types de surfaçage :

La fraise à surfacer convient bel et bien au surfaçage, car elle renferme des dents en carbure. Vous y trouverez une dent Chidori qui permet de fracasser et de dégager le copeau afin d’éliminer les obstacles lors du traitement du bois. Il existe par exemple la fraise à surface à dent oblique qui est également idéale pour les opérations de surfaçage. Aussi, la fraise à surfacer à contre-plongée à angle droit facilite le fraisage en forme de L, grâce à un insert de 90 degrés.

En ce qui concerne les fraises à surfacer, nous avons rencontré plusieurs concepts qui se distinguent par l’avance à la dent et la profondeur de coupe. Par exemple, vous avez la fraise à surfacer et à tréfiler à 10 – 65 degrés. L’on y retrouve aussi des fraises avec de très petits angles d’attaques. De ce fait, les fraises à 45 degrés sont utilisées pour réduire les vibrations, et accroître la productivité en amincissant les copeaux. Par contre, les fraises à 90 degrés sont adaptées pour les pièces à parois minces et à montage moins rigide. Pour les fraises à plaquettes rondes et à grand rayon, elles sont recommandées pour les exigences de surfaçage et de fraisage de profils.

Par la suite, il y a le surfaçage des pièces à parois minces qui requiert l’usage d’une fraise pour épaulement à 90 degrés. Voilà pourquoi, il est recommandé d’adapter une fraise à surfacer à coupe légère pour réduire les forces axiales. L’important ici est d’avoir des dents en coupe en petit nombre pour résoudre les problèmes de bridage.
Enfin, qu’en est-il du surfaçage lourd ? Cette autre opération renvoie au fraisage ébauche des pièces laminées à chaud, forgées ou soudées. Cela laisse croire qu’il y a une grande quantité de matière à retirer. Forcément, la température de coupe va augmenter et cela risque de provoquer l’usure des angles. Ainsi, il est crucial d’utiliser un angle d’attaque de 60 degrés pour renforcer la profondeur de coupe et amincir les copeaux pouvant retarder l’avancement du surfaçage.

Aimer notre article et suivez-nous:
error